Manifeste

L’intérêt de cet article est que vous lisiez ce texte et je vous invite à le commenter. Je répondrais à vos commentaires, surtout aux plus débattables. (je veux dire par là que je ne saurais pas quoi répondre à "çà déchire" ou à "c’est pourri"…)

A savoir que ce texte est écrit dans le contexte de la construction d’une chanson. Il n’y a aucune prétention de littérature classique. Le débat porte sur les idées.

Je vous poste le clip en même temps, histoire de suivre…

Bonne lecture.

Faut-il que je me présente à vous ? Je crois bien,

Car à croire que ceux qui entendent parler de moi me chient dessus et çà s’accroit bien,

Je ne parle pas de galère de voisinage ou d’entourage,

Je te parle de pensée dominante qu’on encourage donc je suis en cours de rage,

Je vis dans un monde que je refuse, mais je l’exprime,

Avant je vivais avec la joie et je te jure que mon ex trime..

..pour retrouver un man, et moi pour retrouver une manne,

Je n’ai que la colère sur l’ordonnance car mon médecin vient d’Allemagne,

Je suis condamné à être otage comme la miss Betancourt,

Tu veux que je t’explique le parcours qui est sans recours,

Quoi ? J’ai commencé à écrire des petites gouttes de crachat,

Encore enchainé à la chaise du collège, sans pouvoir d’achat,

Des textes sur les faf’ de 45 à 96,

Des textes sur les démunis me prenaient plus d’un 16,

J’ai gratté deux états des lieux plus que choquants,

Et je me suis mis à gratter la croûte politique à mes 24 ans,

J’ai compris dans quel système je vis, je suis devenu aigri,

J’ai compris le malaise de Cergy jusqu’à Évry,

Aucun parti politique ne comprend ce qu’il se passe,

Trop complexés par le métissage, ils accusent ceux qu’ils entassent,

Caméra au poing, je suis parti voir les racistes,

Et les antiracistes, résultat : les racistes sont bien racistes,

Et les antiracistes se cachent sous leur bannière, mais sont laxistes,

Parfois autant fascistes et certains prennent la lutte pour un loisir,

Les rares exceptions finissent repliées sur elles-mêmes,

Les vrais cosmopolites terminent aigris à se cracher sur eux-mêmes,

Mais caméra au poing, j’ai compris que le racisme,

N’est qu’une occupation qu’on nous donne, quand le dollar prend racine,

L’unique lutte est celle des classes, on s’entretue,

On s’insulte, on se marche dessus, mais on a tous une b**e dans le cul,

C’est pourquoi monsieur Fnac et madame Virgin,

Ont refusé ma présence, à la place d’un code barre, j’ai eu un vigile,

Mes concerts annulés, mes débats interdits,

Ma liberté, confisquée, et ma rage, à l’air libre,

J’ai compris qu’il n’est pas bon de dire qu’il y’a trop de tristes,

C’est impossible de délepeniser de l’UMP aux Trotskystes,

Prépare moi une plume que je me la mette dans le cul,

Un nez rouge, des bas résilles, et présente moi Jean-Pierre Foucault,

Liberté d’impression, même YouTube censure,

Des sites de rap veulent des gros chèques, mais ne l’avouent pas, sois-en sûr,

Même mon entourage m’encourage à fermer ma bouche,

Que le marketing fera décoller ma carrière, me sortira de la touche,

Maintenant, je prends les i et j’y mets les points,

Une carrière télévisée d’abruti ne m’intéresse point,

Putain, ma franchise c’est mon talon d’Achille,

Peut être talent déchu, mais mon autre talon est d’argile,

Et j’ai le bras long agile, l’artistique dans toute son ampleur,

Original BeatFucker qui baise des nuits avec un sampler,

Pendant que d’autres baisent leurs nuits dans des rails de coke,

J’ai préparé ma révolte en évitant des racks de jokes,

Des mesures vêtues de la tunique blanche de Pénélope,

Cà vous bouscule une pochette sans or, sans salope, sans cop,

Ils veulent du (bruits d’arme à feu), entendre du (cri de jouissance féminine),

Pourtant je fais la même, je tire sur cette salope de président,

Je suis trop dans la métaphore, gros je te mets çà fort,

Des slogans dans des concerts de fête, pour que je te mette la forme,

Comprends que mon rap est l’équivalent de la boxe,

Cà me calme quand je vois que les jeunes sont de la drogue, et les keufs des tox’,

Je veux chanter pour ceux qui sont loin de la réalité physique, ¤

Les gens sont crevés, mon programme, il vaut le cric,

Moi je veux bâtir, construire, éclater les clichés,

Permettre aux zincous de prendre du fric sans être postichés,

Plus être fichés, obligé, plus besoin de tricher,

Si j’ai l’idée en tête, inch’Allah j’aurai de quoi l’afficher,

Vas-y trinque, mon verre de thé avec ton pichet,

Je fuck les nostalgiques de Vichy, si t’as capitché,

Je suis laché, je fuck tes icônes "has been",

Et je perds mon temps à écouter vos putains de discours casse b**e,

Joue moi un sax que çà m’apaise le thorax,

MC ouvre le bal que çà me remonte le moral,

Je suis qu’un ne-jeu qui a croisé trop de connards trop tôt,

Qui te serrent la main en vue d’une carrière face aux appareils photos,

Ils parlent de criminels pour des gosses sans poils pubiens,

Les révisionnistes passent au JT, moi je ne comprends plus bien,

On se croit encore au temps des colons,

Ils distinguent le banlieusard de l’étudiant comme si le 9.3 était un champ de coton,

Les petits ont plus d’exemples dans la rue qu’au ciné,

Tous nos ancêtres ne sont pas gaulois, ce n’est pas une BD de Goscinny,

Laisse moi reprendre hardcore,

Nos petites sœurs deviennent des femmes dans des hôtels Accor,

Halte au constat, il serait temps qu’on construise,

Qu’on prenne les places de ceux qu’ils veulent juste qu’on se détruise,

Appelle çà utopie, moi aussi je la nomme ainsi,

Car on fera rien sans unité, en plus de çà je vois que l’espoir a minci,

Que chacun cogite, sans influence, ne se mette pas en tort,

Et si tu kiffes ce morceau, détends toi, je ne suis pas ton mentor,

Que chacun cogite, sans influence,

Je ne suis le cerveau, ni la bouche de personne,

Que chacun cogite, s’exprime et agisse.

À propos de kiddam

Des premiers traits de crayon en 1996, Kiddam tourne aujourd'hui sur scène en tant que "Kiddam And The People"... RDV aux prochains concerts.

Publié le novembre 7, 2010, dans ARTICLES par KIDDAM. Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Commentaire pas spécialement débattable.

    Mais sa gère, il faudrait plus de rap comme celui-ci dans les oreilles des gens.

  2. Mon avis, ma critique :
    La Prod : terrible ! Simple, percutante, terrible !
    Les paroles : là j’ai un peu de mal j’avoue.
    "Faut-il que je me présente à vous ? Je crois bien,
    Car à croire que ceux qui entendent parler de moi me chient dessus et çà s’accroit bien"
    D’entrée je comprends pas du tout. Je comprends pas la construction de la phrase ni ce que tu veux dire.. Et je retrouve ça dans beaucoup de phases du texte, j’vois pas où tu veux aller…
    Je trouve que le texte de "Ceux qui sèment" – qui est juste monstrueux, autant par le "jeu" endroit-envers, que dans la qualité des punchlines – fait beaucoup plus "Manifeste" que le texte de ce track. Alors j’dis pas que c’est nul ni ne prétends pouvoir faire mieux (loin de là…), j’dis seulement que tu m’avais habitué, et Dieu sait que les habitudes quelles qu’elles soient sont mauvaises, à des textes beaucoup plus riches, à des textes simples, et j’veux dire par là que la plupart des gens peuvent comprendre sans avoir eu la chance de pouvoir réussir des études en philosophie. Et là, bizarrement, j’trouve plutôt une régression dans l’art d’écrire..
    Par contre je kiffe que tu glisses de plus en plus vers un rap "politisé" et "socialisé". Rockin’ Squat et la Scred se sentiront un peu moins seul… Plein le cul d’entendre du rap sans queue ni tête qui ne parle que du quartier et de sa merde, comme si on ne le vivait pas chaque jour…
    Et je kiffe aussi que tout ce que tu as fait ces derniers temps soit GRATUIT ! La base du Hiphop, toutes les disciplines, c’est l’accès à tous, et la gratuité et le seul moyen d’y parvenir ! (Même si, dans ton cas, faut-il encore disposer d’un ordinateur et d’un accès à internet, mais je pense que tu ne peux pas y faire grand chose…) Pour ceux qui en doutent, étudiez donc l’Histoire du Hiphop, et vous verrez que la base du hiphop c’est ça, que ce soit le mcing, le graff, la danse et dans une moindre mesure le deejaying, aucune de ces disciplines ne nécessitent d’avoir gagner un loto pour la pratiquer et/ou pour en profiter…
    Bref… J’espère que tu sauras m’expliquer ce que je n’ai pas su saisir dans ce texte. Bonne continuation. Peace.

    • Pour ce qui est de la première phrase, elle me paraît pas très compliquée… j’entends et lis des critiques sur ce que je fais et je me rends compte que des choses sont incomprises dans ma démarche, et ce de plus en plus (comme quoi ouvrir ma gueule serait mon "fond de commerce", comme tu l’as dis pourtant c’est gratuit, j’ai rien à vendre sur mes derniers morceaux, et que les sujets que j’évoque ne devraient pas être ceux d’un "blanc"… et oui la bêtise repousse toutes les limites !), voilà pour ceux qui me chient dessus et pourquoi j’ai décidé de faire une présentation et de revenir sur ce que j’ai fait depuis le début, d’où un petit historique dans le début du morceau.
      S’il y a des choses que tu saisis moins bien que dans "Ceux qui sèment", c’est simplement que "Ceux qui sèment" est un texte plus général et adapté à plus de monde dans le propos. "Manifeste" a des références plus personnelles, des phrases qui sont la conséquence de choses vécues, et d’analyses sur l’environnement social. C’est pour çà qu’il porte bien son nom de "Manifeste". Il n’est pas là pour plaire, plutôt pour que l’auditeur se rende compte qu’il y a des choses à creuser, des choses avec lesquelles il sera en désaccord aujourd’hui, et peut être pas demain s’il comprend le cheminement. Un morceau à plusieurs lectures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.